MON VOYAGE À HÉBRON ET AU LAMAR GUESTHOUSE

Lamar Guesthouse – Le 17 novembre, je me suis rendue au Lamar Guesthouse, dans le nord d’Hébron. J’ai pris un taxi qui m’a fait traverser les champs palestiniens entre Beit Sahour et Hébron. Après une trentaine de minutes, le chauffeur s’est arrêté à l’entrée du Lamar Guesthouse.

J’ai grimpé les volées de marches qui menaient à un grand pavillon sur le côté d’un grand bâtiment de pierre. Il y avait plusieurs portes et j’aurais souhaité qu’il y ait une pancarte qui signale « Bureaux » ou « Entrée principale » ou quelque chose du genre pour m’indiquer où entrer et m’annoncer. J’ai l’habitude de devoir chercher l’entrée de bureaux où je dois m’enregistrer comme invité. Finalement, j’ai repéré une porte ouverte et je suis entrée, hésitante mais soulagée de voir enfin quelqu’un dans les parages. Une jeune palestinienne, dont j’ai appris plus tard qu’elle était une invitée de longue durée, m’a saluée. Elle s’est levée de l’endroit où elle travaillait depuis son ordinateur portable et est partie chercher une femme à qui elle s’est adressée sous le terme de « Tatie » et qui m’a apporté la clef de ma chambre. « Tatie » a quitté la pièce à vivre et est bientôt revenue, chargée de tasses de café arabe pour moi et l’autre invitée et m’a annoncé qu’elle me préparerait un peu à dîner. J’ai appris plus tard que la femme s’appelait Amira. J’aurais aimé qu’elle porte un badge avec son nom car je me serais sentie très irrespectueuse de ne pas l’appeler par son nom !

chambre qui m’avait été donnée pour la nuit. J’avais appris avant de venir que le bâtiment avait été rénové pour être utilisé comme guesthouse par le Comité de Rénovation d’Hébron (HRC). L’atmosphère du lieu m’a donné une idée de l’histoire, non pas seulement du bâtiment mais aussi de la zone de la ville que je visitais.

J’ai ensuite été invitée par mon hôte, Amira, à me rendre à la cuisine pour le dîner. Elle m’a servi des concombres et des tomates, de l’houmous et du pain, le tout accompagné de thé chaud. Alors qu’elle s’éloignait de la table, son sens de l’hospitalité, sa générosité et sa courtoisie étaient plus qu’évidentes. Lorsque je l’ai invitée à s’asseoir et à se joindre à moi pour manger, nous n’étions que toutes les deux dans la petite cuisine, cela paraissait évident pour moi qu’elle allait aussi prendre part au repas, elle a paru hésitante, comme si ce n’était pas sa place de manger avec les invités. Je l’ai encouragée à se joindre à moi une nouvelle fois et j’étais heureuse qu’elle le fasse ! En dînant ensemble, nous avons pu apprendre à nous connaître et partager les histoires de nos familles, nos centres d’intérêt et les emplois que nous avions occupés.

Après le dîner, nous nous sommes tenues debout ensemble sur la grand véranda donnant sur la ville, la nuit. Elle m’a montré du doigt certains lieux et quartier, m’a raconté l’histoire récente de la ville. J’étais impatiente d’écouter les histoires d’une femme qui avait vécu là toute sa vie. La chambre à coucher était agréable et confortable et j’ai apprécié la vue depuis le balcon alors que je songeai à mes expériences avant d’aller dormir cette nuit-là.

Le lendemain matin, j’ai dégusté un copieux petit-déjeuner pendant que nous visitions avec certains des invités qui paraissaient se sentir aussi bien que moi et je suis heureuse d’avoir pu faire la visite en compagnie d’étrangers qui sont devenus des nouveaux amis, un vrai signe de l’esprit de l’hospitalité ! En séjournant au Lamar Guesthouse, j’ai pu non seulement passer la nuit dans un lieu confortable mais j’ai eu aussi la chance de rencontrer de nouvelles personnes, de vivre l’hospitalité palestinienne et d’en découvrir davantage sur la culture si riche et le patrimoine de ce pays que j’ai visité. Je suis contente d’avoir eu l’opportunité de rester au Lamar Guesthouse et je le recommanderai très certainement à toute autre personne qui irait visiter Hébron.